Marche des Fierté 2018

Tout d’abord, un peu d’histoire, afin de comprendre pourquoi une marche des Fiertés, une Gay Pride, une Pride, etc.Les émeutes de Stonewall sont une série de manifestations spontanées et violentes contre un raid de la police qui a eu lieu dans la nuit du 28 juin 1969 au Stonewall Inn, bar gay du quartier de Greenwich Village à New York. Il est dit aussi que la mort de Judy Garland (le très célèbre « Over the Rainbow » dans le « Magicien d’Oz » si ça peut vous aider à situer la personne…), décédée le 22 juin 1969, n’a pas aidé non plus. Pour la faire simple, la communauté homosexuelle en avait marre de se faire taper dessus (au propre comme au figuré). Ces événements sont souvent considérés comme le premier exemple de lutte des gays, lesbiennes, bisexuels et trans-genres contre un système soutenu par les autorités et persécutant les homosexuels.Quoiqu’il en soit, ces émeutes représentent le moment symbolique marquant la réelle éclosion du militantisme LGBT et le début de la lutte pour l’égalité des droits entre homosexuels et hétérosexuels aux États-Unis et partout dans le monde.Un an plus tard, le 28 juin 1970, les militants du Gay Liberation Front et et de la Gay Activist Alliance organisent une marche sur Christopher Street pour commémorer l’événement. C’est ainsi que la première Gay Pride voit le jour. C’est à partir de cette date que sera organisée chaque année au mois de juin, une marche pour commémorer les émeutes du Stonewall Inn et le début de la lutte pour l’égalité des droits.Voilà pour le point historique. C’est très résumé. En ce qui nous concerne, nous avons répondu présent à l’appel de Pride Toulouse, organisateur du festival des Fiertés de Toulouse, qui a débuté le 17 mai et s’est terminé avec la marche des Fiertés le 09 juin. Le club a proposé un match contre les Partenaires du Stade Toulousain pour la journée mondiale de lutte contre l’Homophobie avec à la clef, la signature de la charte de la lutte contre l’Homophobie dans le Sport par plusieurs clubs pros de Toulouse (nous y reviendrons ultérieurement). La veille de la marche, le club était aussi présent pour le dépôt de gerbe au Monument aux Morts pour la cérémonie d’hommage aux personnes LGBT déportées pendant la seconde guerre mondiale organisée par Les “Oublié Es” de la Mémoire.Le 09 juin donc, jour de la Marche des Fiertés, une équipe est venue monter le stand au villages des associations place du Capitole et une autre est allée monter le décors sur notre char, au local de notre sponsor et partenaire Sonopourtous.Vers 14h30, début des hostilités. La marche a battu le pavé des rue de Toulouse : Place du Capitole, rue Lafayette, rue Alsace-Lorraine, boulevard de Strasbourg, boulevard Carnot, rue de Metz, rue Alsace-Lorraine, square Charles de Gaulle et sortie par la rue du Poids de l’Huile. Nous étions en troisième position.Côté technique (chauffeurs, tenu du stand, sécurité autour du char) tout s’est bien passé et du côté de l’ambiance… Notre service de Gogo-rugbymen a bien mouillé le maillot ! D’ailleurs les maillots ont très vite disparu du paysage… Alphonse était de la parti aussi. Il était tellement en joie qu’il s’est jeté dans foule ! Il était impossible à retenir (il n’a pas échappé, le soir venu, à un passage dans la machine à laver. Il en a rendu tout le bambou de la journée…). Il y a eu aussi un échange de passe. D’ailleurs, si ça vous a plus, venez nous rejoindre à la rentrée;-)Une fois le stand plié, le décor rangé et le camion de location amené à son lieu de départ, vint le temps des agapes et des libations. Moultes toasts ont été portés. Les plus courageux sont partis au G-Boy… Il a été même dit que certains se seraient perdus sur le chemin du retour… En tout cas, la Méditerranée s’en souvient encore… Mais ceci est une autre histoire…;-)L’équipe remercie l’association Pride pour l’organisation du festival et de la marche des Fiertés! Bravo! Nous remercions aussi tous ceux et celles qui nous ont suivis pendant la marche! J’espère que cela vous a plu… Et si c’était le cas, on fera mieux l’an prochain! 

Les Tou’Win dans Flair-Play magazine #3!

 

Pour ceux qui n’auraient pas lu notre article paru dans l’excellent magazine de rugby Flair Play #3, le voici!Nous remercions le magazine ainsi que Pierre Lartigue pour son article et Jérémy Toustou pour les photos.Bonne lecture!

Invitation du SRA pour la signature de la charte contre l’homophobie!

Par une belle et chaleureuse journée printanière, une délégation de joyeux Tou’Win est partie en direction de Rodez. Mais pourquoi diriez-vous? Sans doute pour aller se baffrer d’un bon aligot saucisse? Mais que nenni! Nous avons été invité par le Stade Rodez Aveyron et l’association Alertes Aveyron pour être les témoins privilégiés lors de la signature de la charte de la lutte contre l’homophobie.

Nous étions attendus pour 11h30 à la Maison du rugby de la ville. Après une prise de parole, forte en émotion et en symbole de la part des signataires et des invités, nous sommes passés à la signature de la charte. Elle s’est faite entre président du SRA, monsieur Jean-Paul Barriac et les coprésidents d’Alertes, monsieur Michel Mégninet madame Céline Ransinangue, sous les regards de monsieur Michel Mazars, élu à la Mairie de Rodez, de messieurs. William Galzin et Philippe Desroches, partenaires du club avec la boulangerie Victoire de Rodez, messieurs Claude Grand et Jean-Yves Tayac, membres du Comité Directeur du SRA et bien entendu, de notre président, monsieur Cyril Broccardo et de sa joyeuse délégation de Tou’Win. Un absent, l’association Combat Sport, qui a été chaleureusement remerciée.

Les émotions ouvrant l’appétit, nous avons continué sur l’apéro suivi d’un excellent et solide repas au couleur de l’Aveyron… puis vint l’heure du match de Rodez contre Graulhet… Malheureusement, le SRA s’inclinât dans les dernières secondes du temps supplémentaires. C’était bien dommage! Mais la troisième mi-temps aida à faire passer la déception de la défaite… Pour finir la journée, les maillots qui ont servi à l’échauffement des joueurs, ont été mis en vente aux enchères. Les bénéfices récoltés, serviront à financer l’association Alertes, dans la lutte contre l’homophobie. Et il était temps de rentrer vers la Ville Rose…

Nous remercions très chaleureusement l’association Alertes Aveyron ainsi que l’équipe du SRA: le bureau du club, le comité directeur, les partenaires, les joueurs et aussi les bénévoles qui nous ont très bien accueillis. Nous remercions aussi la Ville de Rodez d’avoir soutenu cette initiative.

Le SRA est la première équipe de Fédéral 1 a signé la charte de la lutte contre l’homophobie. Nous espérons que cette action se multipliera dans le monde du rugby et dans le monde du sport en général, aussi bien dans les petites équipes que dans les grandes.

Et n’oubliez pas la date du 17 mai 2018, nous rencontrons l’équipe des Partenaires du Stade Toulousain dans l’enceinte d’Ernest Wallon. Avant le match, nous aussi nous ferons signer la charte de la lutte contre l’homophobie. Vous êtes bien entendu les bienvenus!

[Best_Wordpress_Gallery id=”72″ gal_title=”Signature de la charte contre lhomophobie par le SRA dimanche 29 avril 2018″]

La Festive de Paris! Les 10 ans des Coqs Festifs!

Cette année, nos amis Les Coqs Festifs, l’une des deux équipes de rugby gay-friendly de la capitale, fêtaient leur 10 ans.

Pour cette occasion, les Tou’Win ont répondu présent! Une délégation de 16 joueurs bien motivés est montée à Paris ce premier week-end de juin. Certains ont préféré le bus, d’autres le covoiturage et bien entendu l’avion… Tout les chemins mènent à Rome. Même Alphonse, notre mascotte de panda était de la partie.

Vendredi soir, nous étions reçus à la mairie de Paris, pour recevoir le welcome pack et participer au discours d’ouverture du T.I.P. (Tournoi International de Paris). Après quoi, nous sommes partis faire plus ample connaissance avec nos adversaires, autour d’une bonne pinte de boisson maltée au Freedj… Bien entendu, avec modération et retenu…Samedi, nous avions rendez-vous dès potron-minet, au stade Pershing, vers le bois de Vincennes. Après le petit déjeuner, les choses sérieuses ont commencé. Nous avions deux matchs dans la matinée et deux autres dans l’après-midi. Comme nous étions 15 joueurs, nous avons reçu le renfort de 4 joueurs des Rebelyons: Hervé, Andrea, Maximilien, Mathias et de Kosta, joueur de la Mêlée Alpine.

Nos capitaines Alexis et Matthias

La banane c’est bon!

Le premier match fut gagné 7 à 0 contre les Globes Trotteurs. Après dix minutes de pause, nous devions rencontrer les Gaillards renforcés des Los Valents​. Le match fut remporté 10 à 7. La pause méridienne nous a permis de nous restaurer et de nous détendre après cette matinée d’effort.Le troisième match débuta vers 14h30 contre les Coqs Festifs. Nous l’avons mené 10 à 5. Un courte pause et nous devions rencontrer les Boucaniers. Sur ce dernier match, sans doute par fatigue, par trop de confiance en soi, par perte de concentration, nous nous sommes inclinés 5 à 0. Il y avait de la frustration dans les regards…

Notre charnière hakuna matata 🙂

Nous nous sommes retrouvés autour d’une bière afin de reprendre nos esprits. Certains en ont profiter pour se faire un petit soin chez le barbier ou chez le masseur…Après le discours de nos hôtes et les remerciements aux partenaires, le classement définitif fut donné. Nous avons terminé premier! Nous avons bien entendu sauté de joie!

L’équipe des Tou’Yons!

Après une bière, une douche, direction la troisième mi-temps. Le restaurant chez Jenny, place de la République, nous a accueilli. Le dîner fut joyeusement coupé de chants rugbystiques (que les Tou’Win on bien animé par ailleurs… 😉 )Après, vers minuit, tout ce petit monde a glissé vers le Gibus, pour la deuxième partie de la soirée. Là aussi, beaucoup de joie, de moments épiques, de partage et de bonne humeur ont ponctué la soirée… Certains sont partis tôt, d’autres ont fait la fermeture… Ce qui se passe à Paris reste à Paris! Nous n’en diront pas plus… Le métro parisien se souviendra d’un paquito…Dimanche, certains sont rentrés sur la Ville Rose, d’autres sont allés au brunch… Une sieste et un autre groupe est parti au Stade de France pour voir la finale du Top 14… Les derniers sont rentrés lundi… Pour arriver à l’heure (ou pas!) du petit décrassage organisé par le coach…Les Tou’Win tenaient à remercier les Coqs Festifs pour l’invitation et pour l’organisation de leur tournoi. Nous leur souhaitons encore un joyeux anniversaire et espérons que vous soufflerez encore de nombreuses bougies!Nous remercions aussi nos sponsors qui nous ont permis de participer à cet événement: Vision Plus Purpan, EuroSciage, The Wild Rose​, Webulle​, Sonopourtous​, Neska Polita​, KS Sauna​, ClicFone​ et l’Indomptable!Nous remercions aussi Hervé, Andrea, Maximilien, Mathias et Kosta, pour votre aide: Les Tou’Yons sont nés de cet effort commun!À l’an prochain 🙂 [Best_Wordpress_Gallery id=”31″ gal_title=”La Festive de Paris! Les 10 ans des Coqs Festifs!”]

Réception à la salle des Illustres, mardi 18 juillet 2017.

Mardi 18 juillet 2017, nous avons eu l’honneur d’être invité par la Mairie deToulouse pour fêter notre victoire de la Gold Plate de l’Union Cup de Madrid qui a eu lieu le week-end du 29 au 30 avril 2017.

L’équipe a été reçue dans la salle des Illustre du Capitole, en présence de monsieur Jean-Luc Moudenc, Maire de Toulouse, de madame Jacqueline Winnepennickx-Kieser, adjointe au Maire de Toulouse, de madame Nicole Miquel-Belaud, conseillère municipale et de monsieur Samir Hajije, Maire de Bagatelle et qui a eu le plaisir de remettre les trophées lors de nos dix ans pour Ovalie 2016. Après l’élocution de monsieur le Maire de la Ville, notre président, Cyril Broccardo, a pris la parole et nous a gratifié d’un très beau discours.   

Voilà une belle récompense pour notre équipe, qui a su, depuis sa création en 2006, grimper petit à petit les échelons de la reconnaissance.

Nous remercions le staff: Cyril notre président, Julien notre coach, Vincent notre vice-président, Sylvain notre trésorier et Victor notre secrétaire, ainsi que les autres membres du conseils d’administration: Quentin et Quentin, Alexis notre capitaine . Nous remercions aussi les joueurs qui se sont impliqués qu’il fasse beau ou froid, lors des entraînements.l’assiduité paie. Nos supporters et aussi nos sponsors! Merci aussi à tous les anciens Tou’Win qui ont fait aussi ce que nous sommes aujourd’hui.Rendez-vous pour la saison prochaine pour de nouveaux challenges!

Monsieur le Maire, Madame et Monsieur les adjoints, Madame la conseillère,

Je tenais au nom de toute l’équipe des Tou’Win à vous remercier Monsieur le Maire, très chaleureusement de nous accueillir dans cet endroit prestigieux. En nous accueillant, vous témoignez de l’attachement à notre cause que vous avez souvent manifestée. Quand je parle de prestige de cet endroit pour les rugbymen, c’est qu’il est chargé de symboles sportifs. D’habitude quand des joueurs de rugby viennent présenter une coupe d’Europe, ce sont des joueurs hétérosexuels ou en tout cas étiquetés comme tels. Aujourd’hui vous faite l’honneur de cette salle à une équipe «gay-friendly».

Ce terme nous y tenons car cette équipe elle est à nous tous : à nous joueurs homosexuels qui aimons joueur au rugby et aux autres joueurs, hétérosexuels, qui portent le même maillot et qui s’engagent dans les mêmes luttes que ce soit sur ou en dehors du terrain. Le rugby est un des seuls sports où il y a besoin de tout le monde et ou chaque gabarit est utile. Il apprend aux enfants voire aux adultes que personne ne vaut rien et que le groupe est plus fort soudé et en utilisant les atouts de tous.

Bien sûr, je ne dirais pas qu’à chaque fois que nous touchons un ballon, nous pensons à la lutte contre l’homophobie mais à chaque fois que nous faisons vivre la balle ensemble, l’image de l’homosexualité change et en particulier dans les clubs de la région que nous rencontrons. Par le jeu nous imposons tolérance et respect. Dans cet endroit protégé et accepté par vous, représentants de l’autorité, nous pouvons nous questionner sur notre utilité.

Mais en 2017, il suffit d’allumer la télévision ou de lire la presse écrite pour voir que l’homophobie tue tous les jours. Que l’insulte n’est jamais banale et en aucun cas acceptable. Résumer quelqu’un au terme d’«homosexuel», c’est le réduire à sa sexualité. Mais naître homosexuel ou même pendant une période de sa vie être dans une relation homosexuelle, c’est une question de rencontre, de sentiments, d’amour. Bien sûr cela n’est pas évident de l’accepter pour soi-même et encore moins de le vivre devant la société ou la famille.

En tombant moi aussi dans les clichés, j’avais envie de parler d’amour aujourd’hui puisque ce lieu est également un lieu où on célèbre les mariages. Comme il existe X formes d’engagements, il existe X formes d’amour : filial, fraternel, entre deux personnes hétérosexuelles, entre deux personnes homosexuelles. Y a-t-il un réel intérêt à les classer, à considérer qu’un vaut mieux qu’un autre ? N’est-ce pas également une histoire entre deux personnes quine regarde qu’eux ? Comme le disait ma grand-mère : « on ne change que de tête, on ne change pas les problèmes ». Bien sur la haine est plus facile, elle ne s’entretient pas, elle flatte les bas instincts et impose le fort contre le faible. Dans l’amour il faut reconnaître l’autre dans sa différence, utiliser ses forces pour le valoriser et utiliser ses faiblesses comme levier pour le faire grandir.

Donc je dirais que les Tou’Win c’est une histoire d’amour. D’amour pour le ballon ovale en premier mais aussi d’amour entre nous. Une façon de montrer aux hétérosexuels que les homosexuels ne sont pas tous pareils et démontrer aux homosexuels que les hétérosexuels ne sont pas tous pareils.

La tolérance n’est pas à sens unique.Cette philosophie nous a fait gagner cette année deux trophées majeurs et au-delà a fédéré un groupe qui encore une fois porte haut et fort un message de tolérance et d’intégration.

Je tenais à remercier tous les membres du bureau et du CA de cette année (Victor, Vincent, Sylvain, les deux Quentin, Alexis et Julien) et nos sponsors qui nous ont permis de partir à Madrid à moindres frais.Et encore une fois merci Monsieur le Maire, de cette occasion unique dans la vie de beaucoup d’entre nous. Nous avons accepté avec plaisir cette marque d’amitié. Quant à moi, je suis très fier d’avoir été à la tête de cette association depuis plus de 6 ans et de ce qu’elle est devenue.

J’espère cependant qu’il n’y en aura plus besoin dans quelques temps et qu’un joueur homosexuel pourra sans problème aller jouer dans un club classique et affirmer comme les autre qui il est.

Merci.

Cyril Broccardo

Pride des Tou’Win 2017!

Samedi 10 juin 2017, l’association Pride Toulouse organisait la marche des Fiertés dans notre belle Ville Rose. Notre équipe a bien entendu répondu à l’appel. C’est notre deuxième participation depuis la création de notre club.Juste, un petit point historique, avec une vidéo d’une petite minute, histoire de rappeler que ce n’est pas juste une parade “carnavalesque”.

Merci à Brut pour ce petit dépoussiérage 😉 mais vous pouvez aussi pousser un peu plus vos recherches via le net.Donc, samedi matin, nos petits Tou’Win volontaires sont allés chercher notre char. L’atelier customisation s’est déroulé chez Sonopourtous, un de nos sponsors (merci encore à Jorge et à Vincent).

Deux heures et un peu d’huile de coude, de la pelouse synthétique, et du matériel sono, etc. plus tard, notre char était enfin prêt!Pendant ce temps, au village associatif, une autre équipe préparait le stand.Après les traditionnels discours des associations et élus, de la bénédiction par les Sœurs de la Perpétuelle Indulgence, la marche a pu débuter.

Le soleil était au rendez-vous. Le parcours fut un peu tronqué cette année, avec un départ par le square Charles de Gaulle en direction de la place Wilson, plan vigipirate oblige… La marche s’est déroulée sans accroc: musique, canon à mousse et la chaleur ont fait danser la foule des toulousaines et toulousains derrière nous! Il faudra prévoir des canons à eau pour l’édition 2018, histoire de rafraîchir la foule!La marche s’est terminé sur les coups de 17h00.

Une fois le char démonté et ramené à son lieu de location, nous nous sommes retrouvés au local de Sonopourtous, afin de nous détendre, reparler de la marche, de la saison et de manger et boire ensemble… Histoire d’être aussi en forme pour la soirée du Neska Polita au Taboo… Une boîte de nuit très… 

Pour le reste… Le mystère reste entier! 😉 Merci encore de nous avoir suivi derrière notre char! Merci à l’association Pride Toulouse et merci au Neska Polita pour la soirée! Et bien entendu merci encore à Sonopourtous qui nous a aidé pour le char. Nous espérons être des votre l’an prochain et de vous divertir encore plus! Bel été à tou(te)s!